Menu

Interview d'Esmeralda Lopes

Près de 1.400 kilomètres de conduites de gaz naturel se trouvent sous nos pieds. Invisibles. Esmeralda Lopes du service de cartographie de Creos répertorie chaque centimètre de conduite lors de leur pose et les transcrit sur plan de manière à établir une vue d’ensemble précise du réseau.

Bonjour Esmeralda Lopes. Merci de vous prêter à l'interview pour notre Creos news d'automne. Quel est votre titre exact ?

Dessinatrice.

En quoi consiste exactement votre fonction ?

Je fais partie du service cartographie. Je dessine les plans des conduites de gaz naturel qui sont enfouies. Je mesure les conduites sur les chantiers grâce à un GPS relié à des satellites. Ensuite je dois convertir les données et dessiner les plans qui indiquent où les conduites sont posées. Cette opération est réalisée sur ordinateur et les plans sont imprimés sur papier. Ceci permet d'identifier l'emplacement exact des conduites de gaz naturel, ce qui est indispensable pour les interventions ultérieures et pour aider les entrepreneurs lors de chantiers afin d'éviter tout accident.

Quelle formation et quelles aptitudes sont nécessaires pour accéder à ce poste ?

J'ai un CATP de dessinatrice en bâtiments. Ceci représente la formation de base pour dessiner des plans. Pour prendre les mesures sur chantier, c'est en principe le métier d'un géomètre, mais j’ai acquis les connaissances nécessaires pour mon job par la pratique.

Comment avez-vous débuté chez Creos ?

J'ai débuté chez Creos en 2006 dans la fonction de dessinatrice. À cette époque, nous utilisions un simple mètre-bande pour effectuer les mesures et nous faisions des brouillons avec des annotations. Le GPS est arrivé fin 2007. Nous avons suivi une formation spécifique avant de l'utiliser. Ce système est beaucoup plus précis et plus efficace.

Qu'est-ce qui vous plaît particulièrement dans votre job ?

La diversité et la flexibilité. Je ne suis pas 8 heures derrière un bureau, ni 8 heures dehors. C'est moitié-moitié. La première partie de la journée, je dessine des plans et la seconde je suis sur les chantiers pour prendre les mesures. Si mes déplacements se font seule, je suis toujours en compagnie de collègues sur les chantiers. J'ai donc aussi beaucoup de contacts.

Quelles sont les qualités humaines requises ?

Il faut aimer le contact avec les gens. Surtout pour la partie chantier. Il faut aussi mentionner que je suis une femme dans un milieu d'hommes. C'est très important de montrer que l'on est tous au même niveau, au service de Creos et du client. Le contact avec le chef de chantier est aussi essentiel. Je passe toujours en dernier, je suis donc celle qui contrôle si les conduites sont dégagées de toutes pierres, s'il y a du sable là où il faut, etc. Une fois que j'ai pris les mesures, on ne peut plus rien changer.

Racontez-nous une anecdote qui vous serait arrivée dans la pratique de votre métier…

Au début, c'était difficile en tant que femme sur les chantiers. Pour travailler sur un chantier on est équipé de vêtements spéciaux. À l'époque, je me changeais derrière la camionnette. Cette fois-là j’avais fini de prendre les mesures. J'étais partie me changer et j'entendais les collègues hurler au conducteur de la pelleteuse de lâcher le sable dans le trou. J'ai regardé ce qu'il se passait et j'ai vu le conducteur qui me fixait et qui semblait totalement déconnecté ! En tout cas, depuis, je me change avant de partir en mission !

Votre qualité de femme a-t-elle des conséquences particulières ?

Ah oui ! Il faut avoir une forte personnalité. Au début je n'étais pas trop respectée. On ne me prenait pas au sérieux sur les chantiers. Il a vraiment fallu que je me batte pour affirmer ma légitimité. Mais maintenant tout va bien.

Quelles sont les perspectives de carrière ?

Je suis très satisfaite de ma position actuelle. Une évolution logique serait de devenir chef de projet. Mais ce n'est pas à l’ordre du jour. J'aime vraiment beaucoup ce que je fais.

Merci Esmeralda d'avoir répondu à nos questions.

Merci à vous.