Menu

Interview de Luc Diswiscour

Monsieur 220.000 volts

Des pylônes de plusieurs dizaines de mètres de haut, des câbles transportant des puissances de 65.000 à 220.000 volts, un réseau de plus de 550 kilomètres. La haute tension circule au Luxembourg grâce à des hommes dévoués et courageux qui entretiennent et mettent ces installations en œuvre. Luc Diswiscour est l'un d'entre eux. Il nous fait part de sa passion.

Au sein de quel département travaillez-vous. En quoi consiste-t-il exactement ?

J'appartiens au service haute tension au sein du département Asset Management. Nous avons en charge la construction des lignes haute tension à partir de 65.000 volts et les grands chantiers réalisés par des sociétés externes. Il convient de distinguer les tranchées destinées aux lignes souterraines, pour lesquelles nous faisons appel à des entrepreneurs luxembourgeois et la construction de pylônes qui nécessite l'intervention de grandes entreprises que nous sélectionnons sur base de soumissions établies par le service haute tension et organisées par le service achats.

Les tracés de lignes sont réalisés par le service technique de Creos, les autorisations des propriétaires nous sont communiquées par les services compétents et nous nous chargeons de la mise en œuvre concrète des chantiers.

De nouvelles lignes sont constamment construites pour remplacer d'anciens ouvrages ou pour augmenter la capacité de transport d'énergie électrique. Ceci représente un volume de travail conséquent.

Quel est votre titre exact ?

Agent à l'organisation des chantiers.

Comment expliqueriez-vous votre fonction ?

Ma fonction comporte plusieurs volets: la coordination des chantiers, les contacts avec les propriétaires des terrains sur lesquels nous construisons, la surveillance de la sécurité, et de vérifier que la fourniture et la prestation correspondent à la commande. Lorsque le chantier est arrivé à terme, je prépare le décompte et je vérifie notamment que les factures et imputations sont effectivement relatives aux prestations et aux fournitures qui ont été livrées pour le chantier en question. La grande partie de mon activité se passe en extérieur, hors du bureau.

Il est question d'utiliser des drones dans le cadre des lignes haute tension. Pourquoi ?

Pour vérifier l'état d'un pylône en détail, il faut soit l'escalader soit utiliser des drones, suivant la partie visitée.

Lorsque l'on effectue le contrôle d'un pylône, dans les conditions actuelles cela représente une grosse mise en œuvre et des interventions à risque. Il faut suivre toute une procédure de sécurité, à savoir couper le courant et monter jusqu'au sommet du pylône. Le drone, en revanche, circule autour du pylône par télécommande, et il effectue des prises de vue.

Il n'y a pas besoin de couper la ligne ni de mettre des monteurs en danger. Nous sommes actuellement en train de tester cette solution pour vérifier la qualité des informations ainsi récoltées.

Utilisez-vous aussi des hélicoptères ?

Nous utilisons régulièrement des hélicos pour bétonner, poser des pylônes et effectuer des réparations là où on n'a pas accès avec les engins terrestres. Ils sont aussi utilisés par nos collègues du Asset Service pour avoir une vue en surplomb des lignes électriques.

Quelle formation et quelles aptitudes sont nécessaires pour accéder à ce poste ?

Je suis maître électricien. J'ai commencé comme électricien dans une équipe de construction. J'ai officié à la basse tension puis j'ai obtenu un poste à la haute tension. Ensuite je suis devenu chef monteur avant d'aboutir à ma fonction actuelle.

Qu'est-ce qui vous plaît particulièrement dans votre job ?

Ce qui me plaît dans la haute tension c'est le gigantisme. Tout est grand : les pylônes, les câbles, les grues, les machines… C'est impressionnant. C'est aussi intéressant parce que chaque chantier est différent. Mais il faut savoir que la journée de travail ne se limite pas toujours à 8 heures. Les entreprises externes qui posent les pylônes travaillent en été tant qu'il fait clair. Et c'est de ma responsabilité de les soutenir en cas de problème, donc être disponible sur appel téléphonique.

Quelles sont les qualités humaines requises ?

Lorsque nous intervenons sur un terrain privé, malgré que le propriétaire ait donné officiellement son accord au préalable, il arrive régulièrement qu'il réagisse négativement lorsqu'il voit arriver le matériel et les machines. Dans ce cas, en tant que responsable du chantier il faut rester calme et discuter avec lui, lui donner des explications et éventuellement lui rappeler la signature de la convention.

Merci Luc d'avoir répondu à nos questions.